La Savate ou Boxe Française est un sport de combat. C’est une discipline internationale qui appartient au groupe des boxes pieds-poings. Elle est considérée comme l’une des plus esthétiques et l’une des plus exigeante sur le plan technique.

Elle est apparue au XIXème siècle dans la tradition de l’escrime française, dont elle reprend le vocabulaire (par exemple, le pratiquant de Savate s’appelle un « tireur ») et l’esprit.chausson

Née en France, elle est issue de la Savate parisienne (Savate ancienne où quasiment tous les coups étaient permis) et du Chausson marseillais (sport de combat où seuls les coups de pieds étaient autorisés).

D’abord utilisée dans les combats de rues, la Savate fut codifiée vers 1820 par Michel Casseux.
Vers 1830, Michel Lecour, après une cuisante défaite contre un boxeur « anglais », étudie de près les techniques de la Boxe Anglaise. De retour en France, il les associe aux coups de pieds de la Savate et du Chausson. Ce sport devient la « Boxe Française » et évolue sensiblement : les combats se font « à la touche »(ce sont des « assauts »), et les coups dangereux tels que les coups avec les mains ouvertes (coups issus de la Savate ancienne) sont bannis.
Michel Lecour ouvre une salle à Paris où se précipitent les célébrités de l’époque (Alexandre Dumas, Théophile Gautier, etc…) et l’aristocratie.
Mais le véritable « père » de la Boxe Française est Joseph Charlemont qui s’initie en 1860 à ce sport et publie le premier livre technique en 1877. Il enseigne sa méthode notamment à son fils, Charles, lequel remporte en 1899 le match culte de la Boxe Française contre un boxeur « anglais » : Jerry Driscoll.
La Boxe Française connait alors un grand succès et est enseignée dans l’armée de terre, la marine, la police (pour l’anecdote : dans la célèbre série télévisée « Les Brigades du Tigre », celles-ci s’entrainent à la Boxe Française), l’école, ainsi que les associations sportives.

Très populaire au XIXème siècle, la Boxe Française ne sait cependant pas évoluer, et l’attrait pour cette discipline décline. Elle est progressivement éclipsée face aux combats professionnels et lucratifs de la Boxe Anglaise. La Boxe Française, avec son esprit amateur, est donc délaissée, et la guerre de 14-18 lui porte un coup d’arrêt supplémentaire avec la disparition de très nombreux professeurs et pratiquants. Entre les deux guerres, elle ne parvient pas à résister à la vague déferlante de la Boxe Anglaise.crochet

En 1940, elle ne compte plus que 500 pratiquants! Après la Libération, le Comte Pierre Baruzy tente de lui redonner vie, mais en vain.
Le vrai renouveau de la Boxe Française a lieu dans les années 70 avec l’introduction de nouvelles techniques (décalages, débordements, enchainement des coups, maîtrise poussée des distances…), et surtout, les combats au KO (comme en Boxe Anglaise).
Ce renouveau conduit à la création de plusieurs fédérations : la Fédération Nationale de Boxe Française, créée en 1973 (qui regroupe en 2007 environ 37 000 licenciés et 650 clubs, 35 comités départementaux constitués et 25 ligues), et une Fédération Internationale de Boxe Française, qui existe depuis 1983.

Une particularité de la Boxe Française est qu’elle est restée un sport amateur uniquement (contrairement aux autres boxes telles que la Boxe Anglaise ou la Boxe Thaïlandaise, où les combattants peuvent avoir un statut professionnel) et qu’elle a conservé les confrontations à la touche (les assauts) en plus des combats.
La Savate Boxe Française se pratique sur un ring carré de 4,5m à 6m par coté (que l’on appelle « enceinte »), comme en Boxe Anglaise.